la 3D en école élémentaire de la modélisation à l’impression : le projet jeux 3D'echecs

Publié par Erwan Vappreau, le 22 octobre 2017   780

Xl titreavecpieceechectest

En quelques mots

Des élèves de Cm1 de l’école élémentaire de la Roche des Grées se sont lancés dans un vaste projet transdisciplinaire croisant les mathématiques, les arts plastiques et la technologie.

Ils ont en effet enrichi leur étude des volumes en mathématiques, d’un travail de modélisation 3D, les amenant progressivement à concevoir par eux-mêmes leurs propres pièces de jeux d’échecs.


Pour avoir une approche complète de la création 3D, les élèves ont assemblé eux-mêmes leur propre imprimante à partir d'un prototype à la fois étonnant par sa simplicité et par ses performances. Le montage en classe élémentaire d’un prototype d’imprimante 3D est donc une première, que les élèves ont parfaitement été capables de s’approprier à travers une véritable méthodologie de projet engagé sur l’année entière.

Le projet interroge donc la place de cette nouvelle technologie pour répondre à des objectifs d’apprentissage mais aussi à la place de la pédagogie de projet comme outil favorisant la transdisciplinarité et le sens donné aux apprentissages engagés.


Description

Le projet fut donc engagé à partir d’une mise en situation déclenchante, conduisant la classe à formaliser une problématique : il nous faut des jeux d’échecs pour poursuivre la pratique et l’apprentissage de cette discipline dans l’école. Fabriquons les nous-mêmes !

Les apprentissages menés en mathématiques (le travail sur les solides, les unités mesures, l’usage d’outils numériques pour les appréhender …) et les activités développées en arts visuels ont progressivement offert les outils, et la maitrise du numérique nécessaire pour conduire d’eux même les élèves à les utiliser pour donner corps à leurs pièces de jeux d‘échecs.

La démarche de projet a conduit la classe à exprimer son besoin de reproduire les maquettes de jeux construites en argile puis modélisées par informatique et ce, dans une matière plus adaptée à la manipulation. L’impression 3D s’est vite imposée. La classe s’est donc lancée en étant très motivée lorsque je leur ai proposé de trouver la meilleure façon de s’organiser pour assembler notre propre imprimante 3D.


Cette machine open source, qui se veut être adaptée aux capacités des élèves dans le cadre de la construction d’un objet technologique, est le fruit d’un travail collaboratif mené avec le fablab de Ris Orangis, intégré à l’association planète Sciences.

Site du projet : http://spiderwan.free.fr/proje...

Site du fablab partenaire : http://www.plascilab.fr/

Article dans école branchée : https://ecolebranchee.com/2017...