David, gourmand de communication scientifique

Publié par Pint of science Rennes, le 10 avril 2018   670

Xl macaron 2462247 1280

David Val-Laillet[1], directeur de recherche en Neurosciences comportementales a emmené le public " A la poursuite du plaisir : quand notre cerveau nous dit quoi boire et manger  " à l'édition Pint of Science de 2016 à Rennes, avec sa collègue Yentl GAUTIER.


 

# En quoi consiste votre travail / vos recherches ?

En tant que directeur de recherche, mon travail est de concevoir et piloter des projets de recherche. Mon expertise se situe dans le domaine des neurosciences comportementales et de la nutrition. Au travers d’études sur le modèle miniporc et sur l’Homme, je cherche à comprendre les relations qui existent entre notre alimentation, l’axe intestin-cerveau, les comportements et la santé. En tant que directeur d’une unité de recherche, une grande partie de mon temps est consacrée à l’animation et au pilotage d’un collectif de recherche réunissant des personnes aux compétences et aux missions variées, depuis le technicien de laboratoire ou animalier jusqu’au clinicien de l’hôpital, en passant par les chercheurs et ingénieurs. La recherche est avant tout une entreprise collective qui fait collaborer des personnes, des laboratoires publics, des entreprises privées, des hôpitaux, et parfois même le grand public.


David Val-Laillet


# Quelles sont vos dernières découvertes ?

Mes dernières recherches publiées ont permis de démontrer qu’une alimentation maternelle déséquilibrée durant la grossesse et l’allaitement, même en l’absence de surpoids ou d’obésité, peut impacter la descendance au niveau de son métabolisme et de son microbiote intestinal, de sa cognition et de son comportement alimentaire, jusqu’au niveau du développement et du fonctionnement cérébral. Parmi les prochaines découvertes que j’aimerais faire, figure l’identification de marqueurs d’imagerie cérébrale qui permettraient de prédire l’apparition de troubles comportementaux ou métaboliques.

 

# Si vous n’aviez pas été chercheur, qu’auriez-vous fait ?

Un métier dans le domaine de l’art et de la création artistique, littéraire ou plastique.

 

# Qu’est-ce qui vous a poussé à participer à Pint of Science ?

Un appétit pour la communication scientifique sous toutes ses formes, l’envie de partager le fruit de nos recherches avec le plus grand nombre et dans un format original.

 

# En trois mots, comment décririez-vous cette expérience ?

Convivialité, échange, tchin-tchin !

 


[1] Institut NuMeCan INRA, INSERM, Université Rennes 1